Le suicide

Lorsque le malheur frappe ou que la dépression s’aggrave, certaines personnes voient le suicide comme un moyen de se débarrasser de la douleur, de la honte ou de la profonde tristesse qu’elles ressentent. La plupart des personnes qui envisagent le suicide ne veulent pas mourir – il s’agit pour elles d’une solution à un problème et d’une façon d’arrêter de souffrir.

Beaucoup de raisons peuvent pousser une personne à penser au suicide. Voici des exemples :

  • ressentir de la solitude ou de l’isolement;
  • avoir été victime de violence physique, sexuelle ou psychologique;
  • subir de l’intimidation ou se faire battre;
  • être atteinte ou atteint d’une maladie en phase terminale;
  • survivre à un évènement traumatisant;
  • perdre un être cher ou une amie ou un ami proche;
  • vivre un grave problème relationnel ou une rupture;
  • éprouver un sentiment de désespoir, de découragement et d’inutilité – être accablé par un sentiment d’échec personnel;
  • croire que rien ne parviendra à résoudre un problème en particulier.

La plupart des personnes qui pensent sérieusement au suicide présentent au moins l’un des facteurs de risque suivants :

  • antécédents personnels ou familiaux de tentative de suicide ou de suicide;
  • antécédents personnels ou familiaux d’anxiété grave, de dépression ou d’autres problèmes de santé mentale comme le trouble bipolaire ou la schizophrénie;
  • dépendance à l’alcool ou à la drogue;
  • expérience traumatisante en lien avec l’intimidation (en tant que victime ou qu’intimidatrice ou intimidateur).

Le risque qu’une personne se suicide est particulièrement élevé lorsque celle-ci :

  • a décidé quel moyen elle allait prendre pour le faire (p. ex., arme à feu, comprimés);
  • a décidé à quel moment et à quel endroit elle allait passer à l’acte;
  • pense qu’il n’existe aucun autre moyen de résoudre le problème ou d’apaiser sa souffrance.

Les signes à surveiller

Souvent, rien ne porte à croire qu’une personne songe au suicide. Il arrive cependant qu’elle dise ou fasse quelque chose qui trahit ses pensées suicidaires. Il est important de porter attention à ces signes, et de les prendre au sérieux.

  • Faire des déclarations au sujet de la mort ou du suicide, par exemple : « Je veux mourir. »
  • Parler du suicide, ou exprimer sa volonté de mourir ou de disparaitre, même à la blague.
  • Penser que les autres seraient plus heureux sans nous.
  • Augmenter sa consommation d’alcool ou de drogue.
  • S’adonner plus souvent à des comportements risqués ou à des activités dangereuses.
  • Chercher à donner ses objets de valeur.
  • Se désintéresser de ses activités préférées.
  • S’isoler des personnes qu’on aime.
  • Avoir de la difficulté à gérer les problèmes qui surviennent au travail ou à la maison.
  • Éprouver plus d’anxiété, de nervosité et d’irritabilité.
  • Faire une tentative de suicide.

Si vous croyez qu’une personne a des pensées suicidaires, il n’y a pas de mal à lui demander « Envisages-tu de te suicider? » ou « As-tu des pensées suicidaires? ». Si la personne dit oui :

  • Demande-lui si elle veut en parler.  Puis, prends le temps d’écouter.  Si elle ne veut pas te parler, demande-lui si elle souhaiterait parler à quelqu’un d’autre. Puis, mets-la en contact avec cette personne.  Si tu n’as pas le temps, ou si tu te sens incapable d’écouter, mets-la en contact avec quelqu’un qui peut le faire.
  • Discutez avec la personne et encouragez-la à chercher de l’aide. Dites-lui des choses comme : « Je suis désolé(e) », « L’important, c’est que tu sois en sécurité » ou « Comment puis-je t’aider? ».
  • Donnez-lui les coordonnées d’une ligne d’aide ou un numéro d’urgence.
  • Dressez la liste des autres ressources offertes dans votre localité.
  • Écoutez la personne, et faites preuve de compassion à son endroit pour soulager sa souffrance.
  • Ne laisse jamais seule une personne qui a des pensées suicidaires. Cherche de l’aide supplémentaire.

Demander à une personne si elle pense au suicide, ne lui donne pas l’idée de passer à l’acte, mais lui démontre plutôt que tu te préoccupes de son bienêtre.

Demander de l’aide

Si toi, ou une personne que tu connais avez des pensées suicidaires, parle à un professionnel de la santé ou accompagne cette personne directement au centre de santé. Si le risque de suicide est immédiat, contacte la GRC.

Les personnes qui songent au suicide peuvent décider de se confier à une amie ou un ami, à un membre de leur famille ou à une personne de confiance (enseignante ou enseignant, entraineuse ou entraineur, mentor, conseillère ou conseiller, ainée ou ainé).

Discutez avec les personnes dont vous soupçonnez qu’elles envisagent le suicide ou ont déjà fait une tentative de suicide. Le fait d’en parler N’augmente PAS le risque de suicide.

Pour obtenir de l’aide de façon anonyme, joignez la ligne d’aide Kamatsiaqtut du Nunavut..

  • Service offert 24 heures sur 24.
  • 867 979-3333 ou 1 800 265-3333 (numéro sans frais).

Communiquez avec le Conseil Saisis la vie (Isaksimagit Inuusirmi Kataujjiqatigiit).

Autres lignes d’aide et services de clavardage :

Voici deux vidéos YouTube qui encouragent les gens à parler du suicide.

  • La première vidéo brise de nombreux mythes et préjugés au sujet du suicide.
  • La deuxième montre qu’il est important de se confier, au lieu de vivre dans le silence. Elle présente les réflexions d’une personne sur les répercussions du suicide, et montre comment il est possible de changer les choses en discutant avec les autres et en les écoutant.